Tabouret « Spores »

Au bureau, dans l’open-space, nous avons trois tabourets permettant de venir assister un collègue sans avoir à déplacer nos encombrants fauteuils.

Ikea, c’est pratique, mais pas toujours sexy, alors je me suis dit qu’un peu de « Pimp my tabouret » ne ferait pas de mal…


On commence par un vigoureux ponçage, histoire de griffer un peu le vitrificateur ultra-dur. Puis vient la sous-couche blanche qui permettra à l’encre de Chine d’accrocher.

Petite énigme : comment déterminer de façon pratique la position au mm près du centre d’une assise de tabouret ? A l’aide de la géométrie, ma discipline mathématique préférée. Une équerre, une règle, quelques coups de cutter…


… et le centre apparait.

Début du tracé : quelques constantes, puis mes auxiliaires générateurs d’aléatoire entrent en scène.

Le modèle initial de ce motif compte 12 « perles » par couronne. Ici, ce sera une réduction à 6, plus adapté à la taille du tabouret.

Deuxième couronne

Tracé terminé. Place à la barbouille.

Après deux couches, les à-plats sont propres. Place à l’encre qui va tout révéler.

Quelle belle invention que la ligne claire !

Et voilà le travail. Ça le fait.

Un petit rappel sur chaque patte.

Oauis, j’aime beaucoup. Bon, il reste deux autres tabourets, suite au prochain numéro.

NGC9

Pour accompagner Maelstrom sur mon mur.

Pour celui-ci, je vais tester une technique légèrement différente, en commençant par faire tous les tracés.
Ensuite je remonte la palette en faisant attention à ne pas dépasser.
C’est sympa comme méthode, chaque étape a sa propre esthétique
J’ai pas dépassé !
Passage au noir
Acrylique et encre de Chine sur toile 20 x 80 cm – 2019
Détail des finitions
Portrait de famille

Maelström

Celui-là, je l’ai envisagé depuis longtemps, mais je pensais que la tâche serait vraiment trop immense pour être sérieusement engagée.

Et puis, au vu de mes horaires de bureau, j’ai décidé de me lancer. Ça n’a pas été sans mal, et j’y ai mis un temps considérable, mais le jeu en valait la chandelle…

Acrylique et encre de Chine sur toile – 1 x 1 m – 2019

Diptyque « Miami »

Suite à mon passage à « Tout le monde veut prendre sa place« , un téléspectateur m’a contacté qui avait vu Nagui présenter un de mes tirages numériques devant 3 millions (wow !) de téléspectateurs.

Après m’avoir commandé quelques tirages, il a choisi un diptyque « Miami » comme cadeau de Noël. Riche idée…

Dichotomie II

35Lundi 14

Après 3 jours de bulle pour commencer les vacances, j’ai rechargé suffisamment les batteries pour m’attaquer à un nouveau grand format.

En 2011, j’ai fini l’année avec Dichotomie, une toile peu réussie à laquelle je m’étais promis de redonner une chance. Allons-y !

Au départ était la toile blanche, que j’aborde toujours sans angoisse, car je sais où je vais.

01

J’ai besoin d’un dégradé « circulaire » à 21 couleurs. Ma coloriste favorite m’est d’une aide inestimable.

02

Plutôt réussi, je trouve :

03

dichotomie n.f.
            Division de quelque chose en deux éléments.

04

Une fois le cadre posé, il suffit de remplir les cases.

05

A la fin de la journée, les cercles principaux sont tracés.

06

Mardi 15

Pas beaucoup de temps pour bosser aujourd’hui, mais je vais quand même commencer l’ajout de l’aléatoire au rigoureux.

07En bon père et bon mari, je participe à la vie du ménage, et lâche donc mes outils pour aller écumer la grande distribution. Le tracé a quand même bien avancé.

08Mercredi 16

Une séance de traçage d’une bonne journée, au cours de laquelle j’ai encore approfondi le dessin par l’ajout des cercles secondaires. J’espérais avoir le temps de commencer à peindre aujourd’hui, c’est raté.

09

 Jeudi 17

Je peux enfin attaquer la couleur ! 21 passes en vue.

B1

En fin de journée, j’ai fini un peu plus de la moitié, ça avance !

B2

Vendredi 18

Arrrgh ! Presque fini…

B3

 Samedi 19

Ouf ! Première couche achevée, ça mérite une petite animation.

AN3

Bon ben, passons à la deuxième couche Confused

Dimanche 20

Une fois les deux couches passées, ça claque !

10

Prochaine étape : retracer tous les traits avant de passer au noir.

11

Fin de journée…

12

Lundi 21

J’attaque tôt, il faut que ça avance.

13Ouf ! Fin de cette étape, les traits ont tous été repassés.

14

Maintenant que les couleurs et les bords sont terminés, je peux passer à ce que j’appelle la « sculpture » qui va faire apparaître le relief. Pour cela, je sors mes marteau et burin : pinceau Raphaël Scolux n°4 et encre de Chine Pébéo india ink graphic (notons ici qu’en Anglais, l’encre vient d’Inde, pas de Chine…)

16

C’est maintenant qu’il s’agit de ne pas avoir la tremblote au moment d’épaissir les traits de Rotring !

17

Chaque ligne ne dure que quelques minutes à épaissir, mais il y en a 126.19

La perspective commence à ressortir. Je combats l’envie de « finir » un bout pour voir ce que ça donne, je veux me garder le plaisir de découvrir le résultat final d’un coup.

18

Mardi 22

Pas grand chose de nouveau aujourd’hui, je progresse lentement mais sûrement vers mon but.

20

Mercredi 23

Première moitié du passage au noir terminée, c’est maintenant que ça va se jouer.

21

La suppression du blanc va faire enfin apparaître le motif final, progressivement.

22

Montée progressive vers l’extase.

23

A la fin de la journée, le premier quart est né !

25

De plus près, ça donne ça :

26

Jeudi 24

Levé tôt ce matin, j’ai hâte de finir.

27

30

29Eh bien ce sera pour demain…

31

Vendredi 25

Ce qui devait arriver arrive enfin, la toile se dévoile.32

Dernière touche : tracé des bords…

33… et éradication de tout le blanc qui reste.

34

Ecce picto !

35

Il reste encore plein de boulot de fignolage, une deuxième couche de noir, vernissage, etc. Mais ça attendra un peu, je vais l’accrocher au mur et commencer à en profiter.