NGC 1

Celle-ci, je ne sais pas bien comment l’orienter. A l’origine, elle était conçue pour être horizontale :

20140914_181443_2
Acrylique et encre de Chine sur toile – 80x20cm

… mais à l’usage, c’est pas mal non plus dans ce sens :

20140914_181443

Du coup, j’ai signé en diagonale, et je vais faire un double système d’accrochage, le client sera roi.

20140914_180235

Dichotomie II

35Lundi 14

Après 3 jours de bulle pour commencer les vacances, j’ai rechargé suffisamment les batteries pour m’attaquer à un nouveau grand format.

En 2011, j’ai fini l’année avec Dichotomie, une toile peu réussie à laquelle je m’étais promis de redonner une chance. Allons-y !

Au départ était la toile blanche, que j’aborde toujours sans angoisse, car je sais où je vais.

01

J’ai besoin d’un dégradé « circulaire » à 21 couleurs. Ma coloriste favorite m’est d’une aide inestimable.

02

Plutôt réussi, je trouve :

03

dichotomie n.f.
            Division de quelque chose en deux éléments.

04

Une fois le cadre posé, il suffit de remplir les cases.

05

A la fin de la journée, les cercles principaux sont tracés.

06

Mardi 15

Pas beaucoup de temps pour bosser aujourd’hui, mais je vais quand même commencer l’ajout de l’aléatoire au rigoureux.

07En bon père et bon mari, je participe à la vie du ménage, et lâche donc mes outils pour aller écumer la grande distribution. Le tracé a quand même bien avancé.

08Mercredi 16

Une séance de traçage d’une bonne journée, au cours de laquelle j’ai encore approfondi le dessin par l’ajout des cercles secondaires. J’espérais avoir le temps de commencer à peindre aujourd’hui, c’est raté.

09

 Jeudi 17

Je peux enfin attaquer la couleur ! 21 passes en vue.

B1

En fin de journée, j’ai fini un peu plus de la moitié, ça avance !

B2

Vendredi 18

Arrrgh ! Presque fini…

B3

 Samedi 19

Ouf ! Première couche achevée, ça mérite une petite animation.

AN3

Bon ben, passons à la deuxième couche Confused

Dimanche 20

Une fois les deux couches passées, ça claque !

10

Prochaine étape : retracer tous les traits avant de passer au noir.

11

Fin de journée…

12

Lundi 21

J’attaque tôt, il faut que ça avance.

13Ouf ! Fin de cette étape, les traits ont tous été repassés.

14

Maintenant que les couleurs et les bords sont terminés, je peux passer à ce que j’appelle la « sculpture » qui va faire apparaître le relief. Pour cela, je sors mes marteau et burin : pinceau Raphaël Scolux n°4 et encre de Chine Pébéo india ink graphic (notons ici qu’en Anglais, l’encre vient d’Inde, pas de Chine…)

16

C’est maintenant qu’il s’agit de ne pas avoir la tremblote au moment d’épaissir les traits de Rotring !

17

Chaque ligne ne dure que quelques minutes à épaissir, mais il y en a 126.19

La perspective commence à ressortir. Je combats l’envie de « finir » un bout pour voir ce que ça donne, je veux me garder le plaisir de découvrir le résultat final d’un coup.

18

Mardi 22

Pas grand chose de nouveau aujourd’hui, je progresse lentement mais sûrement vers mon but.

20

Mercredi 23

Première moitié du passage au noir terminée, c’est maintenant que ça va se jouer.

21

La suppression du blanc va faire enfin apparaître le motif final, progressivement.

22

Montée progressive vers l’extase.

23

A la fin de la journée, le premier quart est né !

25

De plus près, ça donne ça :

26

Jeudi 24

Levé tôt ce matin, j’ai hâte de finir.

27

30

29Eh bien ce sera pour demain…

31

Vendredi 25

Ce qui devait arriver arrive enfin, la toile se dévoile.32

Dernière touche : tracé des bords…

33… et éradication de tout le blanc qui reste.

34

Ecce picto !

35

Il reste encore plein de boulot de fignolage, une deuxième couche de noir, vernissage, etc. Mais ça attendra un peu, je vais l’accrocher au mur et commencer à en profiter.

Enzyme

Pour mon premier making-of de l’année, une toile cadeau de mariage qui menaçait de se transformer en cadeau d’anniversaire de mariage.

Nous nous sommes mis d’accord sur le format, le motif et les couleurs, et y’a plus qu’à. Un week-end de trois jours, ça tombe à pic !

Au boulot. Je commence par rassembler le matos.

01
Le chat est optionnel, mais j’ai besoin du reste.

Premiers tracés de construction.

02

03

Avant de peindre, un premier tracé à l’encre.

04

Après ça, c’est tout simple : il suffit de ne pas dépasser.05

On dit que le chat est l’ami des artistes.

Des écrivains, sans aucun doute, pas des peintres, c’est trop encombrant.06

TIENS ! QU’EST-CE QUE JE DISAIS ! Ce chat d’imbécile a flanqué un de mes verres d’eau sur le tableau. Heureusement, j’ai des réflexes de super-héros et j’ai bien limité les dégâts.07

Et voilà, les trois couleurs ont leur première couche. On commence à avoir idée de ce que ça va donner.
08

Instant crucial : déterminer le sens de la toile.

Après mûre réflexion, je me décide pour cette option :
09Du coup je peux fixer l’ultime élément, et sceller définitivement le sort de la toile. Le reste n’est plus de l’art, ça devient de l’artisanat.

10

Fin de la première séance, les couleurs ont reçu leur deuxième couche, demain, j’attaque l’encre de Chine.11

A chaque fois je suis épaté par le relief que prend une toile avec le traçage.
12

Si je savais garder des blancs propres, je m’arrêterais là : j’adore l’effet. La toile finale n’est plus très loin.13

Et voilà le résultat. L’appareil photo en est tout retourné, question couleurs.14

Bon, ma pelouse m’appelle, demain sera le jour des finitions, va falloir me débarrasser de tous ces défauts. Profitez bien des couleurs sur cette photo, elles sont assez proches de la réalité.15

Pas grand chose à photographier dans cette phase, on peut juste juger le résultat d’une bonne heure de fignolage.16

Le meilleur moment.17

Trois couches de vernis plus tard, voilà le résultat.

Acrylique et encre sur toile. 30x30 cm
Acrylique et encre sur toile. 30×30 cm

Un jour peut-être j’arriverai à faire de belles photos…

 

Nautileus II

Comme Nautileus premier du nom a été adopté à peine sec, et vu l’enthousiasme de Véro pour ce motif, j’ai été « contraint » de lui donner une nouvelle itération.

J’en ai profité pour affiner ma palette, avec de nouveaux mélanges dans les couleurs chaudes.

20131124_134906
Acrylique et encre de Chine sur toile – 60 x 60 cm

C’est pas encore tout à fait ça dans les couleurs froides en revanche. Le troisème sera encore meilleur !

Cascade

Une idée qui me trotte depuis un moment. Ça commence par des parallèles régulièrement espacées, un départ peu fréquent chez moi.

Cascade_01

Quand l’algorithme est bien peaufiné, le traçage va vite.

Cascade_02

Première couleur : mon rouge fétiche.

Cascade_03

… suivi des gris clairs…

Cascade_04

… puis des gris foncés. Fin de la première couche.

Cascade_05

Deuxième jour : retour du soleil. Je passe la deuxième couche.

Cascade_06

Traçage préliminaire à l’encre : ça commence à ressembler à quelque chose.

Cascade_07

 

L’idée que des zones contiguës de même couleur soient séparées par un trait ne me satisfait pas du tout. Je passe donc de ça :

Cascade_08

… à ça. Là, je suis content !

Cascade_09

Vue d’ensemble après la fin du traçage. Je montre à ma famille : tout le monde valide, sauf moi. Je ne suis pas convaincu…

Cascade_10

Bon, j’me lance. Je vais faire un test grandeur nature, si ça rate j’en serai quitte pour refaire toute la zone.

Cascade_11

Là, on voit bien ce que je gagne en dynamisme en épaississant les traits. Je savais bien qu’il me faudrait en passer par là.

Cascade_12

Petit zoom qui montre bien la finesse du résultat final. Je me donne du mal, mais je trouve que ça en vaut la peine.

Cascade_13

Voilà le résultat, dans le bon sens.

Cascade_14
Acrylique et encre de Chine sut toile – 20 x 80 cm

Cascade marque un point important ici : c’est la toile qui fait passer le compteur à 100 !

En un peu moins de dix ans ça fait peu de toiles : c’est la faute à ma technique laborieuse et chronophage. Je ne peins que les week-ends, quand le cœur m’en dit et que la lumière est suffisante, et certaines toiles me demandent 3 à 4 week-ends de boulot. C’est aussi pour ça que je rigole doucement quand on me dit que c’est cher…

26 messidor

26 mai 2013

q
Hier samedi, pas de peinture, j’étais en Meuse profonde pour un joli mariage. Du coup aujourd’hui j’ai les pinceaux qui me démangent, avec une nouvelle idée. Au boulot !

Comme d’hab, beaucoup de traçage avant la première goutte d’acrylique. Je commence par la règle pilotée par près de 200 tirages aléatoires. J’aime plutôt bien le résultat, qui est conforme à mes espérances.

01

Une petite centaine des nombres aléatoires plus tard, les cercles sont là. Yapluka remplir les cases.

02

Détail de la géométrie finale : mine de rien, ça m’a pris la journée, tout ça.Le petit côté rétro me plait beaucoup, j’ai hâte de m’y remettre le week-end prochain.

03

28 mai 2013

Chose exceptionnelle : moi qui ne peins que les week-ends et jours de congés, aujourd’hui j’ai quitté le bureau assez tôt, et j’ai sauté dans mes fringues de travail pour attaquer la première couche.

J’adore mon appart’, mais il y manque un atelier, c’est toujours compliqué de peindre sur de petites périodes le soir : il faut annexer la table du salon, sortir tout le matos, peindre (un peu) et tout remballer parce qu’il faut dresser le couvert. M’enfin, je trempe enfin mon pinceau Laughing.

04

 1er juin 2013

Aujourd’hui, cinoche le matin avec Martin, un peu de plomberie dans la salle de bains, et enfin je m’y remets. Je commence par les deux couches des gris qui vont former le fond de la scène.

05

C’est nickel ! Je vais pouvoir passer à la couleur.

06

J’ai repris une ancienne palette arc-en-ciel, que je chahute à coups de dés. La répartition obtenue ressemble à ce que j’avais imaginé.

Mon Dieu ! Mais qu’est-ce donc que cette lumière éblouissante ? Le soleil ?!? C’est pas possible !

07

Cliché facile pour tout site de peintre : le gros plan sur les pots de couleurs, avec une petite retouche numérique…

08

Je profite de la deuxième couche pour un petit changement de couleur sur un jaune un peu trop terne. On voit bien que je n’utilise pas souvent cette nuance : y’a des grumeaux…

09

Ca y est : deux couches de couleurs passées. Le travail à l’encre va pouvoir commencer.

10

Petite démonstration sur l’apport des traits dans mes compositions : avant…

11

… et après :

12

Encore un gros plan, pour bien voir ce qui est génial avec les stylos tubulaires : l’épaisseur vraiment constante, hors de portée de tout pinceau.

13

C’est tout pour ce soir. A demain pour la suite (et la fin, j’espère).

2 juin 2013

Dernier jour ? J’attaque par le traçage de toutes les lignes.

14

Je vais suivre cette zone de près. Elle regroupe à-peu-prés toutes les cochonneries que je vais devoir fignoler avant de conclure : taches, bavures, mauvais remplissage…

15

 

Enfin les zones noires apparaissent ! L’effet final se dessine.

16

J’aime assez ce que donne ce traçage sur fond blanc. Dommage que je sois totalement incapable de garder des blancs propres…

17

A y est ! Les noirs sont en place, le gros oeuvre est terminé !

18

J’attaque les finitions : le but est de partir de ça :

19

… pour arriver à ça.

C’est vraiment pas la partie que je préfère, mais elle est indispensable pour pouvoir atteindre le niveau de précision que je vise.

20

Voilà ! C’est quasiment terminé. Il me reste à fignoler les bords de la toile, à signer, à vernir et à faire le système d’accrochage.

Je suis obligé de prendre la photo sous cette angle : en l’absence de vernis, l’encre de Chine brille à mort.

21