Nautileus

Ca aurait pu être ma centième toile…

C’est un remake d’une toile que j’ai vendue, mais dont je n’ai malheureusement pas de photo répertoriée. Si l’acheteur pouvait m’en envoyer une, je lui serais très reconnaissant.

11 mai 2013

Après une bonne grosse grasse matinée, et un brin de soleil au réveil, j’ai eu une vraie envie de m’y remettre. Du coup, je vais m’atteler à un projet qui va me prendre au moins deux week-ends.

La toile fait 60×60 cm, et dans l’état actuel de mon matos, je ne pourrai jamais faire cette toile sur un plus grand format : impossible de trouver un compas allant au delà d’un rayon de 300mm…

01

Il faut ensuite doubler chaque cercle pour délimiter les bandes de base.

02

L’inconvénient des structures régulières, c’est que le moindre défaut saute aux yeux. Du coup, ça prend un temps fou pour cette première partie.

03

Première injection d’aléatoire et fin du tracé principal : je détermine les points d’arrêt de chaque bande avec les éventuelles prolongations sur le dernier quart. J’aurai toutes les couleurs, et sans tricher !

04

Deux des dix-sept séries de tracés nécessaires à la délimitation des zones de couleurs.

05

Ça fait déjà cinq heures que je bosse, et je dois remballer. Mais il ne sera pas dit que je n’aurai pas touché de pinceau aujourd’hui : je prends quelques minutes pour une première couche de la première couleur.

06

12 mai 2013

Aujourd’hui, toute petite grasse mat’ : j’attaque dès 10h, et à midi la première couche du premier tiers est passée !

07

Deuxième tiers : l’avantage, c’est que l’apparition progressive des bandes noires accélère chaque traçage.

08

J’arrive vite aux rouges, même si la progression est ralentie par le nombre de couches nécessaires à des à-plats pas trop tartes.

09

Pour gagner du temps sur des tâches répétitives, il est capital d’avoir une bonne méthode. Ci-dessous, détail sur les gabarits de traçage gravés au scalpel dans une tranche noire.

10

Première couche achevée : la toile prend forme.

11

Argh ! J’espérais pouvoir finir la deuxième couche avant de remballer, mais il manque les deux premiers verts à l’appel.

12

Fin du week-end : j’ai bien travaillé, et j’ai vraiment hâte de voir le résultat final.

13

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite et (j’espère) la fin !

18 mai 2013

Après une semaine un peu galère, j’ai vraiment hâte de m’y remettre !

Ça me trottait depuis quelques jours, le dégradé de la fin ne me plait vraiment pas…

14

J’ai dû procéder à une manœuvre rare pour moi : j’ai fait deux mélanges. En bougeant trois couleurs, avec cette nouvelle palette, c’est beaucoup mieux.

15

Une fois la deuxième couche finalisée, j’attaque la « gravure » à l’encre de Chine en retraçant tous les cercles.

16

Détail sur les traits. On commence à voir quelques défauts dans les intervalles…

17

J’abandonne le compas pour le pinceau : l’effet final se dessine.

18

Je n’échapperai pas à une rectification finale sur certaines bandes un peu épaisses.

19

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, j’ai un barbecue à préparer.

20

J’ai vraiment hâte de finir. Demain, si tout va bien !

19 mai 2013

Dernière ligne droite ? On va bien voir…

Après finalisation des deuxièmes couches, je termine de noircir les trais de séparation : c’est très minutieux, c’est mieux de faire ça en début de journée quand les yeux ne sont pas encore fatigués.

21

Sur le fond blanc, ça rend déjà bien…

22

Ah ouais ! Il est comme je l’imaginais. Glop glop !

23

Et c’est reparti pour un tour de chasse aux petites crottes…

24

Ça, c’est ma manche droite qui a frotté. Sortons le scalpel.

25

Et voilà le travail !

Le vernis mat permet vraiment d’aplatir les couleurs, et donne l’aspect fini. Dommage que la photo ne soit pas terrible.

27

Le dernier point compliqué a été de déterminer l’orientation de la toile. Après mûre réflexion, le jury a tranché : enjoy !

26
Acrylique et encre de Chine sur toile – 60 x 60 cm

Une vue en situation, au milieu d’une armada en gris et rouge qui fait encore plus ressortir les couleurs.

28

J’en suis vraiment content, c’est une belle toile, bien mieux finie que son brouillon.

Miam !

Miam
2013 – Acrylique et encre de Chine sur toile – 40×20 cm

J’aime beaucoup travailler les dégradés de gris, mais de temps en temps un bon coup de couleurs vives ne fait pas de mal. En 2011, j’avais peint un premier jet que j’aimais bien, mais que je trouvais trop sombre, et que je m’étais promis de recommencer. Alors voilà, mon reboot

Un petit brouillon pour commencer, je débute en typographie.

DSCF2156

Mouais, pas trop mal.

DSCF2157
Ça se voit que j’avais les crocs quand j’ai trouvé le texte ?

Une fois les lettres tracées, on passe aux bandes. Pour gagner en lumière, j’ai décidé d’élargir les bandes de couleur.

DSCF2158

Une fois tout tracé, il suffit de remplir les cases. En plus c’est bonnard, on peut dépasser…

DSCF2161
C’est beau, hein ? Non, c’est pas beau. Pas encore.

Avant de passer à l’encre, on retrace les traits.

DSCF2162

Maintenant, je range le stylo, place au pinceau.

DSCF2165
C’est pas le moment d’éternuer !

Fin de l’encrage : enfin, on commence à voir le résultat final. Restent les finitions.

DSCF2169

La misère avec ces toiles, c’est que je ne sais jamais où signer. Je tente un nouveau truc.

DSCF2171

Voilà, c’est fini. Ça pique un peu les yeux, mais ça m’évoque un gros paquet de bonbons acidulés. C’est pas avec cette toile que je vais rentrer dans l’histoire, mais elle plaît à ma fille, alors…

DSCF2173